Communiqué de presse de Nicolas Bay
Député français au Parlement européen
Co-Président du groupe « Europe des nations et des libertés »

La ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, signe ce jour une tribune dans Les Échos dans laquelle elle accuse Nicolas Bay et les autres députés européens RN d’avoir voté contre la récente révision de la directive sur les travailleurs détachés. On voit d’abord à cette occasion le niveau désolant de la ministre : en réalité, les députés RN se sont abstenus car les modifications proposées constituent d’infimes améliorations d’un texte qui organise à grande échelle la concurrence déloyale à l’intérieur de l’Union européenne et ne remet nullement en cause le problème fondamental du paiement des charges sociales dans le pays d’origine. En pratique, cela aboutit à créer une véritable préférence étrangère à l’emploi dans certains secteurs. La seule solution est l’abrogation de la Directive : 500 000 travailleurs détachés en France en 2017, c’est 500 000 emplois de moins pour les Français !

Mme Loiseau est bien imprudente d’évoquer ce dossier qui est emblématique de l’accumulation des échecs d’Emmanuel Macron depuis 1 an :
Au cours de l’été 2017, le Président de la République avait effectué le tour des capitales d’Europe de l’Est sur la question du travail détaché, sans rien obtenir.
En janvier dernier, il annonçait la signature d’un nouveau traité de l’Élysée avec la prétention de relancer le projet européen via le couple franco-allemand : ce projet est parti aux oubliettes et A. Merkel est si fragilisée que Macron a perdu un de ses rares alliés
En avril dernier, E. Macron annonçait la tenue de « consultations citoyennes sur l’Europe » dans lesquelles il s’impliquait personnellement en animant lui même à Epinal la première réunion : ce fut un flop retentissant et tout le programme a été annulé
Sur la question migratoire, E. Macron se trouve totalement marginalisé (avec le gouvernement socialiste espagnol) pour défendre l’acceptation de l’immigration massive en l’Europe. L’Italie, l’Autriche, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et bien d’autres exigent désormais une politique de fermeté et de défense de l’identité et de la sécurité des nations européennes.
Plutôt que de contester – et travestir – les votes des députés européens RN, Mme Loiseau devrait s’inquiéter de l’isolement et des échecs de toutes les initiatives d’Emmanuel Macron sur les questions européennes.