Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

Dans le cadre de son « plan immigration », le gouvernement a annoncé la création de 7 500 places d’hébergement pour les migrants en deux ans. Par ailleurs, 5 000 places seront aussi créées sur la même période pour aider les prétendus « réfugiés » à accéder au logement. Alors que des sans-abris français meurent chaque année dans la rue et que nous comptons près de 4 millions de Français en situation de mal-logement il s’agit d’une véritable injustice et d’une insupportable démonstration de préférence étrangère.

Le Premier ministre a aussi parlé de « maintenir le contrôle aux frontières nationales jusqu’en novembre 2017. » À quelles frontières fait-il référence ? De quels contrôles parle-t-il ? En réalité, ce sont plusieurs centaines de clandestins qui entrent chaque jour en France, notamment par les Alpes-Maritimes, où la situation devient chaque jour plus chaotique.

L’expulsion automatique et immédiate de toute personne entrée illégalement sur le sol national doit être une priorité. Cette politique ne peut être appliquée que si elle s’accompagne, bien sûr, d’un rétablissement complet de nos frontières nationales et d’un choix clair : l’arrêt de l’immigration massive, incontrôlée et continue. Les Français ne réclament pas un « plan immigration » mais un plan ANTI-immigration.