D’après le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, des contraventions pour réprimer l’usage de drogue seront mises en place « dans les 3-4 mois » à venir, concrétisant ainsi une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Au lieu de passer devant un tribunal et de risquer jusqu’à une année d’emprisonnement, les consommateurs de stupéfiants pourront ainsi désormais échapper à une procédure judiciaire au tribunal en s’acquittant d’une simple amende.

Du fait du laxisme de l’État, le nombre de jeunes consommateurs, bien souvent mineurs, ne cesse d’augmenter en France et fait peser d’immenses risques sur la santé publique tout autant que sur la sécurité. Face à cette situation, le gouvernement d’Édouard Philippe (lequel s’était déjà signalé pour sa sympathie pour les « salles de shoot » qu’il voulait accueillir dans sa ville du Havre) témoigne d’une bien étrange philosophie pénale : puisque la loi n’est pas suffisamment et correctement appliquée, assouplissons la !

En réalité, le gouvernement fait preuve de faiblesse et se fait ainsi le complice des réseaux qui prospèrent sur la consommation de drogues, alimentant notamment aujourd’hui des filières terroristes.

À l’Assemblée Nationale, les députés patriotes combattront ce projet dangereux et défendront le renforcement des peines pour les trafiquants ainsi qu’une prévention accrue dès le plus jeune âge.