Les déclarations de François Hollande rapportées ce lundi dans les colonnes des quotidiens du groupe Ebra constituent une véritable provocation. Alors que notre pays compte 700 000 chômeurs supplémentaires depuis 2012 et que l’augmentation de la dette progresse chaque année de 70 milliards d’euros, le Président de la République ne trouve en effet rien de mieux à dire qu’il a « redressé le pays ».

Faut-il lui rappeler qu’au désastre économique et social patent, s’ajoutent l’explosion de l’insécurité, la succession d’attentats terroristes, mais aussi la crise migratoire et l’affaiblissement catastrophique de l’autorité de l’État ? Accumulant les échecs sur tous les plans, François Hollande préfère manifestement opter pour le déni de réalité et l’autosatisfaction plutôt que d’assumer dignement son bilan.

Justifier une candidature à un second mandat présidentiel semble être aujourd’hui son unique souci. Après avoir clamé « ça va mieux », ses opérations de communication successives destinées à vanter ses prétendus mérites montrent qu’il n’a pas le moindre sens des responsabilités. En déconnexion totale avec la réalité quotidienne des Français et ce à quoi ils aspirent, il n’en sera que plus lourdement sanctionné.