Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

Alors que notre Vieux Continent traverse une crise migratoire sans précédent, l’Union Européenne multiplie tous azimuts les accords dits de « libéralisation de visas ». Ce mercredi, lors de votes du Parlement européen, ce sont ainsi trois nouveaux pays qui viennent d’obtenir pour leurs ressortissants une exemption de visas, leur donnant libre accès à l’espace Schengen.

Si la République des Palaos et le Royaume des Tonga, petits archipels du Pacifique comptabilisant un total inférieur à 150 000 habitants, ne posent pas a priori de réel problème, il n’en va de même du troisième pays à bénéficier aujourd’hui des largesses des eurocrates : la Colombie, comptant 48 millions d’habitants et gangrénée par le trafic de drogues.

Les technocrates de Bruxelles mettent un véritable coup d’accélérateur à leur politique d’immigration massive irresponsable qui a des conséquences désastreuses sur l’équilibre déjà précaire de nos nations européennes, tant sur le plan économique et social, qu’identitaire et sécuritaire. Votée au Parlement européen par les groupes « S&D » (socialiste) et « PPE », dont font partie les députés LR, cette exemption de visas ouvre de nouvelles routes d’immigration clandestine et aggravera le chaos migratoire.

Alors que la Commission européenne prévoit l’arrivée de 3 millions de migrants supplémentaires d’ici 2017, le Front National rappelle que la seule politique permettant d’éviter le chaos social, économique et culturel consiste à restaurer nos frontières nationales, mettre fin à toute forme de laxisme face à l’immigration clandestine, réduire drastiquement l’immigration légale, et réaffirmer notre identité.