Édito de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

Avec l’annonce de l’ouverture d’un camp humanitaire destiné aux migrants à Paris, il va devenir difficile de présenter la préférence étrangère comme un pur fantasme du Front National.

Alors que les Français sont toujours plus nombreux à être confrontés à la précarité, que certains sont contraints de dormir dans leur voiture ou même dans la rue – et y meurent parfois ! – il est absolument scandaleux que la maire de Paris Anne Hidalgo utilise l’argent des contribuables pour loger des immigrés illégaux. Et dans sa démarche irresponsable, la maire socialiste de Paris a pu trouver le soutien de responsables de premier plan de l’ex-UMP tels François Baroin ou Bruno Le Maire, lequel a déclaré qu’il s’agissait d’une « initiative nécessaire ».

« Une initiative nécessaire » ? Non, la place des migrants clandestins n’est pas dans des hôtels, ni dans des « maisons modulables » au sein de campements, mais dans des centres de rétention, en attendant d’être reconduits vers leur pays d’origine. Très majoritairement mus par des motifs économiques, ils ne peuvent à ce titre être sérieusement considérés comme des réfugiés. Ce sont nos SDF, nos compatriotes précaires et mal logés qui devraient être pris en charge en priorité et faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics. Rappelons tout de même qu’à Paris le nombre de sans-abris a augmenté de 84% entre 2002 et 2012…

Le projet d’Anne Hidalgo, le soutien affiché par François Baroin et Bruno Le Maire, sont caractéristiques d’une classe politique davantage préoccupée par son lointain que par son prochain. Une classe politique qui a oublié que le rôle principal des dirigeants est de se préoccuper et s’occuper avant tout de leur peuple, de leur peuple d’abord. C’est tout le sens de l’action, et c’est même la mission, du Front National.