Crise du logement : instaurons la priorité nationale !

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

D’après les chiffres publiés aujourd’hui par la Fondation Abbé Pierre, la France compte 3,8 millions de mal-logés. À des degrés divers, ce sont au total près de 15 millions de personnes qui sont touchées par la crise du logement. Une situation qui concerne même des salariés, affectant autant les classes moyennes que les catégories populaires.

Ces estimations de la FAP traduisent une aggravation de la situation, qui s’explique d’abord par la pression permanente exercée sur la demande par des flux migratoires toujours plus massifs. Alors que nos concitoyens font face à une dégradation constante de leurs conditions de vie (logements plus onéreux, chômage massif, pouvoir d’achat en berne), plusieurs milliers de logements, conformément aux choix politiques du gouvernement, ont été trouvés partout en France pour de prétendus « réfugiés ».

De concert, maires socialistes ou ex-UMP ont en effet ces derniers mois pris toutes les mesures nécessaires pour loger les clandestins dans leurs communes. Des initiatives « humanistes » que les mêmes se refusaient pourtant à appliquer pour nos SDF. La classe politique UMPS a ainsi apporté la démonstration qu’elle préfère se soucier des intérêts des étrangers par idéologie, plutôt que de s’attaquer à la crise du logement qui frappe notre peuple. Pendant que des millions de Français attendent un logement social, l’argent du contribuable est en réalité sans cesse distribué au bénéfice d’immigrés arrivés illégalement sur notre sol. Comment accepter que les 77 000 logements réquisitionnés pour des clandestins ne bénéficient pas en priorité aux Français qui en ont besoin ?

Pour résoudre la crise du logement que subissent actuellement les Français, il faut commencer par stopper l’immigration légale et clandestine. Les 200 000 entrées légales annuelles ont évidemment un impact très fort sur la gestion du logement social, d’autant qu’on assiste bien souvent à une véritable préférence étrangère dans l’attribution des logements sociaux. Le Front National demande donc l’instauration de la priorité nationale dans l’attribution des logements. Il appelle également à une politique volontariste d’accession à la propriété pour les plus modestes, en créant les conditions favorables à la construction de logements. Cela suppose de revoir intégralement une fiscalité aujourd’hui dissuasive et une réglementation étouffante.

Actualité récente

Suivez Nicolas Bay sur Facebook

Categories